La pleine conscience ou vivre en acte complet

En ce moment, on entend beaucoup parler de méditation en pleine conscience. J’ai moi-même utilisé cette expression de « pleine conscience » dans mon article sur la limite de la méditation. Mais qu’est ce qu’est réellement la pleine conscience ? Comment la pratiquer ?

La méditation pleine conscience

La méditation pleine conscience dont on parle le plus souvent consiste à accueillir tout ce que l’on vit, tout ce que le corps ressent, sans vouloir changer quoi que ce soit. Le but de la méditation pleine conscience est d’observer que vous jugez et blâmer la situation sur laquelle vous méditez, et d’observer que vous essayez peut-être de changer votre ressenti. Méditer en pleine conscience c’est juste reconnaître ce qui est, y compris le fait que vous voulez peut-être changer ce que vous êtes en train de vivre. Il est parfois nécessaire de se poser pour y arriver (c’est mon cas).

Pour certaines d’entre vous, le simple fait de devoir vous poser et de constater ce qui est peut être déjà trop. Peut-être vous demandez-vous comment faire, car vos journées sont déjà pleines et archi-remplies, et que vous n’avez déjà pas le temps de tout faire. Alors méditer en plus vous semble impossible.

J’ai une solution si vous n’avez pas le temps ou l’envie de méditer : être dans ce que j’appelle l’acte complet

Être en acte complet

Il s’agit d’être le plus présente possible lorsque vous faites des choses, mêmes les plus ordinaires (le travail, le repas, la toilette…)

Personnellement, quand je sens que je pars dans tous les sens et que je n’arrive plus à revenir à moi, je décide de m’offrir une pause en me choisissant un thé que j’adore. J’essaye au mieux de ressentir chaque geste que je fais pour le préparer, et de percevoir comment est mon corps dans l’instant :

  • Comment se sentent mes pieds lorsque je me déplace jusqu’au placard ?
  • Comment je perçois ma main en versant le thé dans la théière ?
  • Comment sont mes épaules : détendues, un peu crispée… tiens, la droite est plus haute que la gauche !
pleine conscience the merveilleusement imparfaite
Me préparer un délicieux thé dans ma tasse préférée peut devenir un pur moment de pleine

Si je me suis éloignée de moi, je peux parfois constater que je ne sens rien tant mon mental est ailleurs. Je suis dans ma cuisine, mais ma tête n’est pas présente. Elle est encore à régler ce qui doit l’être, à faire des projets, à discuter seule de divers sujets – pas tous très intéressants d’ailleurs.

Si c’est le cas – et ça peut souvent se produire – je poursuis tranquillement ma préparation et je constate simplement que je ne suis pas entièrement là. Puis je me pose et me sers le thé, tout en essayant au maximum d’être présente. Je le savoure gorgée par gorgée, en ressentant le goût, la chaleur, la sensation de la tasse dans la main. Je perçois aussi le trajet du thé dans mon corps. Enfin, je constate que, tout doucement, je suis revenue à moi-même. En fait, je développe mon sens kinesthésique en faisant ça.

Bien entendu, ça ne ne fonctionne pas si vous êtes en train de faire autre chose en même temps, comme lire, regarder votre téléphone ou la télévision. Le résultat sera très différent.

Pourquoi vivre en acte complet ?

Les scientifiques se sont aperçus que le cerveau ne peut pas faire plusieurs choses à la fois. Or, avec le rythme de vie actuel, il est nous est demandé d’aller de plus en plus vite. Les sollicitations sont très nombreuses, surtout depuis la démocratisation d’internet. Beaucoup de personnes sont connectées en permanence et se précipitent régulièrement sur leur messagerie ou les réseaux sociaux pour voir s’il y a du nouveau.

Tout cela fait que le cerveau n’arrête jamais. Il est sollicité en permanence. Le néocortex, qui gère entre autres les nouvelles informations, est surexploité. Il ne laisse pas la place au reste du cerveau, qui gère l’intuition, les parties curatives, etc., pour agir.

De même, l’afflux d’information va empêcher la mémoire à court terme de fonctionner correctement. Ça ne semble pas important à priori, mais en fait, tout ce que le cerveau ne retient pas est oublié. Sauf si nous nous concentrons pour le retenir. Or, si nous sommes dispersées, nous ne pouvons pas mobiliser assez d’énergie pour avoir la concentration nécessaire pour mémoriser.

Selon un article publié dans Huffigtonpost le 18mai 2015, lorsque l’on a un smartphone en main, le temps de concentration est inférieur à celui d’un poisson rouge. En 2000, la durée de concentration moyenne était de 12 secondes. Elle est de 8 secondes en 2018. Et celle du poisson rouge est de 9 secondes. Personnellement, ça me glace de savoir que je peux être moins concentrée que ce poisson qui tourne en rond dans son bocal.

pleine conscience mémoire merveilleusement imparfaite
Ce magnifique poisson rouge à plus de capacité de concentration que la moyenne des gens

J’ai vu dans ma pratique d’infirmière et d’énergéticienne que beaucoup de personnes pensaient perdre la mémoire. En réalité, elles manquaient surtout de concentration. Et le simple fait de se reconcentrer faisait que leur mémoire s’améliorait. Attention, ça ne doit bien sûr pas vous faire passer à côté d’un diagnostic sérieux si c’est votre cas !

Il est évident qu’il ne suffit pas de se concentrer une seule journée entière pour obtenir des résultats significatifs. C’est un processus et un engagement envers votre santé qui doit être renouvelé quotidiennement, et jusqu’à la fin de vos jours selon moi.

Votre cerveau est le lien entre le monde physique et le monde spirituel. En ce qui me concerne il y a une différence importante entre la spiritualité et la religion. La première repose sur la croyance que nous ne sommes pas seuls mais liés à une énergie plus grande que nous, plus vaste. Selon moi, la spiritualité est une vision plus large de la vie, celle qui dit que nous ne sommes pas que notre corps et nos expériences physiques. Et, toujours pour moi, la religion est plus en lien avec un enseignement, un dogme. On peut donc être spirituel et tendre à une vie spirituelle sans avoir de religion, selon moi.

En tout cas, c’est grâce à notre cerveau que nous pouvons ressentir ces bienfaits. Certaines personnes ne sentent connectées à une énergie plus grande qu’eux et ressentent de la gratitude, une reliance, alors que pour d’autres, ça va se manifester plutôt par un bien-être général, une bonne vitalité.

Tout cela pour vous dire qu’en vivant en acte complet vous aurez de plus en plus accès à votre intuition. Votre mental sera dégagé de toutes les informations diverses et variées qui l’encombrent. Au fur et à mesure, votre intuition se développera.

Avez-vous déjà testé l’acte complet ? En avez-vous retiré des bénéfices ? Si oui, lesquels ? Faites moi part de vos remarques et de vos commentaires dans l’espace ci-dessous.

À tout de suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix − 4 =