Comment arrêter cette voix dans ma tête

Êtes-vous fatiguée de cette voix qui parle sans arrêt dans votre tête ? Vous voyez certainement de quoi je parle si vous y êtes confrontée.

Vous savez : cette voix qui tourne en boucle encore et encore une grande partie de la journée, voire de la nuit, et qui répète parfois inlassablement la même chose. La plupart du temps, ce qu’elle dit n’est pas intéressant. Cela au final ne vous apporte rien, à part peut-être l’impression que votre cerveau surchauffe et va finir par exploser. J’imagine que vous savez certainement de quoi je veux parler.

Ayant moi-même un mental très actif, j’ai mis quelques stratégies en place pour retrouver une paix mentale et vivre mieux. Je vous laisse les découvrir afin que voyiez ce qui pourrait fonctionner pour vous.

voix intérieure DJ merveilleusement imparfaite

Avez-vous cette voix, voire plusieurs voix qui tournent dans votre tête, parfois inlassablement telles un disque ?

Le vide mental de la méditation

J’ai essayé, en vain, d’avoir le fameux vide mental préconisé lors des méditations et autres pratiques de développement personnel. Je dois dire que ces dernières m’ont permises de vivre une nette amélioration, mais ce fonctionnement mental persiste encore. Pour tout vous dire, je ne suis pas sure qu’il cesse totalement un jour, et j’ai donc arrêté de me battre à ce sujet. Il m’est arrivé par le passé d’avoir essayé de me contraindre à vivre ce fameux vide mental. Je me suis parfois fustigée parce que je n’y arrivais pas, ou alors parce que je n’y arrivais qu’un cours laps de temps. J’ai décidé que cela suffisait de me « maltraiter pour mon bien« .

Maintenant je vis avec, et bien au final. Paradoxalement, plus je suis bien avec ça, plus les temps de silence intérieur augmentent. Mais ce n’est plus le but de ma journée. Je savoure ces moments quand je les vis. Malheureusement, immédiatement je me mets à penser « Que c’est chouette ce calme mental, c’est très reposant et apaisant ! » Et ça y est, le simple fait de penser cela a fait repartir ce fonctionnement.

Comment arrêter cette voix dans ma tête : mes astuces

Baisser le son de la voix intérieure

Ne vous laissez pas décourager par le descriptif de la technique. Elle est très facile à utiliser. Je vous l’ai bien détaillée afin que vous ayez un pas à pas. Vous constaterez par vous-même que votre cerveau a des capacités virtuelles bien au delà de ce que propose les jeux vidéos (et heureusement). Vous pourrez vous amusez avec ça dans beaucoup de situations.

1. Localiser la provenance de la voix

Allez à l’intérieur de vous et regardez (avec votre regard intérieur) d’où part la voix qui discute dans votre tête. Est-elle plutôt :

  • À votre droite ?
  • À votre gauche ?
  • En haut ?
  • Au milieu ?
  • En bas ?

Essayez d’avoir une localisation (mais si vous n’y arrivez pas, ne vous focalisez pas sur cela et passez à l’étape suivante).

2. Donner une apparence à sa voix intérieure

Essayez, toujours avec votre regard intérieur, de voir à quoi ressemble votre voix intérieure. Si vous deviez mettre une image sur cette voix, que verriez-vous ? Cela peut être :

  • Un perroquet vert ;
  • Un ancien transistor ;
  • Un mégaphone ;
  • Un micro ;
  • Un homme politique faisant un discours ;
  • Un professeur devant sa classe.

J’ai déjà moi-même vu ces images, je n’invente rien. Ne vous censurez donc pas. Par ailleurs, essayez de distinguer plus cette image :

  • Y a-t-il un cadre (comme autour d’un tableau) ?
  • Y a-t-il des couleurs ? Lesquelles ? Comment sont-elles ? Vives ? Mates ? Sombres ? Claires ? Les deux selon la zone de l’image ?

3. S’amuser comme avec un jeu vidéo intérieur

Avec tous les renseignements que vous venez d’obtenir, vous allez maintenant jouer à modifier les couleurs, la distance, le son. Comme vous pourriez le faire sur votre téléviseur quand ce que vous avez à l’écran ne vous convient pas. Imaginez que vous avez une manette avec tous les boutons nécessaires à ces opérations.

voix intérieure manette de jeu merveilleusement imparfaite

Imaginez que vous jouiez avec un jeu vidéo. Vous pouvez tout modifier : les lumières, le son, les contrastes… jusqu’à obtenir un résultat qui vous convienne
Jouez sur la distance

Visualisez que vous éloignez l’image de vous. Par exemple, faites reculer le transistor qui tonitrue. Imaginez que vous le placez loin de vous dans la direction qui vous semble la plus adaptée. Le plus loin possible. Cela peut être devant vous, mais aussi sur le côté.

Note : peut être que vous n’arriverez pas à éloigner ce transistor qui tonitrue plus de quelques centimètres. Personnellement, je n’y arrive pas toujours. Par contre, je l’éloigne sur la gauche (lorsque mon son vient de là) et le descend autant que je peux.

Diminuez la taille

Si besoin, imaginez un cadre autour et diminuez-en la taille, comme vous le feriez sur un écran d’ordinateur avec la touche zoom. Diminuez autant que vous pouvez pour ne plus percevoir les détails. Vous pouvez le réduire à la taille d’un timbre poste (et si vous n’y arrivez pas, c’est très bien aussi. Faites au mieux).

voix intérieur ordinateur merveilleusement imparfaite

Imaginez que vous utilisez la touche zoom de votre ordinateur pour reculer votre image et la rendre plus petite. Faite cela à l’intérieur de votre tête
Baissez le volume

Ensuite, laissez-vous guider par votre intuition pour voir comment vous pourriez baisser le son. Peut-être le simple fait de tourner le bouton suffira. Peut-être faudra-t-il le mettre sous une épaisse couette, dans un placard aux parois épaisses, l’entourer d’une cloche phonique isolante… Laissez votre imagination vous guider. Revenez à vous-même et observez si c’est mieux pour vous.

Réglez l’intensité lumineuse

Puis observez si l’intensité lumineuse est toujours la même ou a diminué. Si elle est toujours un peu forte, baissez-la. Voyez si mettre l’objet en noir et blanc ferait une différence. Jouez avec le son et la couleur jusqu’à ce que vous ressentiez un allègement de ce dialogue interne.

Ce processus de « baisser le son » est très efficace si vous êtes stressée et que vous n’arrivez plus à prendre du recul. Surtout dans les situations où le dialogue interne prend énormément de place et vous encombre au point que vous avez du mal à y remédier.

Pour résumer

  • Localisez d’où part cette voix ;
  • À quoi elle ressemble cette dans votre tête ;
  • Comment est l’image que vous avez de tout cela ;
  • Amusez-vous avec comme dans un jeu vidéo intérieur :
    • Jouez sur la distance ;
    • Diminuez la taille ;
    • Baissez le volume ;
    • Réglez l’intensité lumineuse.

Mon expérience (elle peut varier) : mon dialogue interne se manifeste plutôt au milieu de ma tête à la hauteur des yeux. Il a l’aspect d’une énorme machine qui tourne sans arrêt en parlant. J’arrive à la déplacer légèrement vers le bas à droite, toujours à l’intérieur de ma tête puis je l’assombris et la diminue sérieusement. Pour finir, je l’ai enveloppé dans une énorme couette en plumes opaque qui ne laisse plus passer aucun son.

Aller dans l’espace situé derrière le son

C’est ma pratique préférée, celle que j’utilise le plus souvent car je la trouve facile à mettre en place.

Lorsqu’on vient d’entendre un morceau de Mozart, le silence qui lui succède est encore de lui ».

Sacha Guitry

Dans l’article « pour ou contre« , j’explique le principe de l’unité qui est une partie de nous, qui est nous.

En portant votre attention à ces endroits, vous ferez l’expérience du silence, de ce vide plein, de la vacuité. Si vous y laissez votre attention suffisamment longtemps (quelques minutes suffisent), vous constaterez la plénitude de cet espace de conscience (en même temps, il s’agit de vous aussi, donc cela ne peut être que confortable). Peut-être qu’un sentiment de joie, de tranquillité, de sérénité va se manifester… ou pas.

Vous n’avez rien à faire. Si vous revenez à vos pensées agitées, glissez à nouveau votre regard intérieur dans cet espace situé entre elles et derrière elles. Et miraculeusement ou presque, celles-ci font finir par se calmer et ralentir. En tous cas, elles ne vous gêneront plus, car vous ne serez plus contre elles, mais vous aurez créé quelque chose de nouveau en les prenant en compte.

Mon expérience : je peux trouver le silence intérieur alors que mon dialogue interne tourne encore. C’est paradoxal, je sais, mais je suis ravie d’avoir réussi à faire avec ce fonctionnement particulier qui m’a dérangé longtemps.

3- Devenir observatrice consciente

Une autre pratique que j’ai testée avec succès : devenez l’observatrice de ce que vous vivez. Pour ce faire, portez votre regard intérieur en vous et observez en étant détachée. Un peu comme si vous regardiez un film. Ou bien comme si vous étiez une visiteuse extérieure en visite à l’intérieur de vous.

Restez en distance. Observez que vous observez. Constatez alors ce qui est présent :

  • Une cacophonie mentale ;
  • Une agitation intérieure ;
  • Un cerveau en surchauffe ;
  • Des crispations dans certaines parties de votre corps ;
  • « Tiens, mon ventre est plus détendu d’un coté que de l’autre, mais ma tête est complètement embrumée » .

Continuez d’observer cette (ou ces voix) qui parlent dans votre tête. Regardez-les avec votre regard intérieur. Sans aucun but. N’essayez pas de les changer, de les arrêter, de les stopper. Ce serait comme vouloir arrêter l’eau d’une rivière tumultueuse. Je le sais, je l’ai testé plusieurs fois, sans succès, jusqu’à l’épuisement.

voix intérieure torrent d'eau merveilleusement imparfaite

Vous risquez de vous épuiser à vouloir arrêter votre dialogue interne, car il est aussi puissant que le torrent d’une montagne. Trouvez d’autres stratégies

Vous constaterez qu’assez rapidement, en étant observatrice consciente, vos pensées vont se calmer et se raréfier. Pas longtemps au début, mais au fur et à mesure de votre pratique, elles diminueront en intensité et en fréquence.

Et vous chère Merveilleuse, avez-vous cette ou ces voix dans la tête qui parlent de manière plus ou moins incessante ? Je sais que si c’est votre cas, ce n’est pas toujours facile d’y remédier, et peut-être êtes-vous découragée.

Mon conseil : commencez là tout de suite à tester quelque chose de simple que vous pouvez appliquer facilement. Le fait que votre calme intérieur augmente va vous redonner confiance dans vos capacités personnelles. Dites-moi dans les commentaires ci-dessous ce que vous avez testé et qui vous a apporté une amélioration dans votre vie.

À tout de suite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 + neuf =