10 vraies solutions pour ne plus se faire vampiriser [2/2]

Cet article est la deuxième partie de l’article « 10 vraies solutions pour ne plus se faire vampiriser« . Vous y découvrirez comment savoir si l’on s’est fait vampiriser, ainsi que 4 premiers conseils pour ne plus se faire pomper toute son énergie.

5) Oser changer

Je pense qu’il est important que vous sachiez que, lorsque vous allez commencer à vous affirmer, et à oser dire non, à proposer une autre réponse que celle que vous avez toujours donné jusqu’à présent, vous risquez d’avoir des réactions stupéfaites de la part de votre entourage.

Ce serait en effet une erreur de penser que tout passera « comme une lettre à la poste ». Cela ne veut pas dire que ce sera difficile, mais si pendant 20, 30, voire 40 ans, vous avez fonctionné d’une certaine manière, en disant oui à tout par exemple, le jour où vous direz non, les gens ne vont plus vous reconnaître. Et c’est normal : vous allez leur montrer une nouvelle facette de vous.

oser changer merveilleusement imparfaite
Quelle facette de vous montrez-vous ? Souvenez-vous, vous en avez plusieurs !

Mettez-vous à la place de votre entourage, qui peut s’étonner : « Mais ma chérie, tu as toujours dit oui à la réunion de famille mensuelle. C’est comme cela depuis 10 ans, et tu n’en as manqué aucune ! Mais qu’est-ce qui t’arrive ? Tu es malade ? Tu ne te sens pas bien ? »

Et préparez-vous pour LA question que les gens vous poseront peut-être :

Mais qu’est-ce qu’on t’a fait ?

On me l’a posée. Plusieurs fois. Je comprends avec du recul combien le fait d’affirmer mes désirs (pour une fois) a pu déranger beaucoup de monde au début. Mais je m’y suis tenue.

À la question ci-dessus, voici ce que j’ai répondu, réponse de laquelle vous pouvez vous inspirer si vous êtes à court d’idées :

En fait, cela fait plusieurs années que je prétends et fais croire à tout le monde que j’aime le gâteau au chocolat. En fait non. J’ai horreur de ça et je n’en peux plus de faire semblant. Je suis au bord de la crise de foie. C’est pareil pour telle situation, il faut que je prenne un peu de recul. Cela n’a rien à voir avec vous !

En prenant cette métaphore du gâteau au chocolat, cela a été clair pour mes interlocuteurs, qui ont compris tout de suite ce dont il s’agissait. Car ne vous y trompez pas, beaucoup de personnes jouent à faire semblant, donc elles connaissent !

6) S’entourer de personnes bienveillantes

Durant cette période de changement, il est important de trouver du soutien. Cela peut venir de votre entourage, de vos ami(e)s, de vos groupes de loisirs… Bref, des gens qui vont vous aider à croire encore plus en vous.

soutien merveilleusement imparfaite
Entourez-vous de gens qui vous soutiennent

Si cela ne vous suffit pas, et surtout si votre environnement est très manipulateur et que vous ne vous sentez pas de taille, n’hésitez pas à consulter. Même pour un temps très court, un thérapeute spécialement formé vous aidera à traverser très vite ce changement.

7) Comprendre que les gens ne changeront pas

Il est capital de savoir que les gens ne changeront pas. Ce n’est pas parce que vous avez décidé de vous soutenir, de vous aimer davantage et de faire du clair dans votre vie, que les gens autour de vous changeront en même temps que vous.

C’est une illusion et une perte de temps, à mon avis, de penser cela. D’autant que, s’ils se sentent bien tels qu’ils sont, pourquoi leur demander de changer pour que vous vous sentiez mieux ? La seule personne qui peut changer pour se sentir mieux, c’est vous.

Et c’est tant mieux, car comme cela, vous n’avez qu’à tenir compte de vous-même, et mettre en place ce que VOUS voulez pour vous.

Si une personne vous dit « Avec tout ce que j’ai fait pour toi… », elle peut le penser. Mais vous n’êtes pas obligée d’obtempérer.

8) Se poser une question essentielle

Posez-vous la question fil rouge :

Qu’est-ce que je veux ?

Répondez y le plus honnêtement possible, en fonction de VOUS. Et trouvez les moyens concrets d’arriver à votre objectif.

savoir ce que l'on veut merveilleusement imparfaite
Revenez toujours à vous-même

Reprenons l’exemple de la personne qui vous dit « Avec tout ce que j’ai fait pour toi… ». Vous pouvez lui répondre quelque chose comme :

Maintenant, cela va changer. Lorsque je te demanderai un service, tu me diras illico s’il y a un échanger, quelque chose à devoir. Si oui, j’aviserais. Sinon, considère que je ne te devrai rien, ni maintenant, ni plus tard, et que tu ne pourras plus jamais me redire cette phrase.

C’est très efficace, je vous assure. Car souvent, cette petite phrase anodine est dite lors de situations non quantifiables, ce qui emmêle encore plus le tout. Par exemple, une grand-mère qui garde parfois gratuitement et avec amour ses petits-enfants, peut la dire à sa fille qui répond non à une demande inappropriée.

9) avoir la bonne posture

Lorsque vous parlez à des « vampires » énergétiques, mettez-vous un peu de profil, et non pas face à eux. Ne les regardez pas trop. Croisez vos bras, et si vous le pouvez, croisez vos chevilles. Cette position permettra à la personne de continuer à parler avec vous, mais lui donnera moins d’emprise sur vous.

D’autre part, lorsque vous vous exprimez, il est important que vous ayez une bonne voix, et que vous vous teniez droite, la tête relevée. Si vous parlez d’une voix inaudible, le corps voûté et la tête vers vos pieds, le message que vous ferez passer n’aura pas le même impact.

posture merveilleusement imparfaite
La posture : un moyen efficace pour vous positionner face à l’autre

Bien sûr, le fait de vous affirmer davantage peut vous générer du stress. Vos pouvez avoir peur de ne pas être comprise ou entendue. C’est normal. Ceci étant, même si vous avez peur, et même si vous êtes stressée, allez au bout de votre démarche et pensez à vous tenir droite et à parler de la voix la plus ferme possible.

Si besoin, répétez. Rassurez-vous, plus vous pratiquerez, plus cela deviendra facile.

10) Ne pas craindre de paraître impolie

Avant, je laissais les autres me malmener par leurs actions et leurs paroles parfaitement anodines en apparence. Je leur pardonnais facilement, car je voyais que la plupart n’avaient pas fait exprès. Mais je savais que certaines de ces personnes me manquaient de respect, me malmenaient, et qu’elle ne se seraient pas autorisées de tels comportements avec d’autres. Pour les ménager, je les laissais faire. En fait, je les faisais passer avant moi.

Aujourd’hui je reste très correcte et polie, mais je n’hésite plus à écourter la conversation si je le ressens. Il m’arrive aussi de recadrer certaines personnes, voire de râler si besoin.

Par exemple, lors d’une formation, une professeure a commencé à faire de l’humour aux dépens de certains élèves, dont je faisais partie. Ces blagues, assez drôles à priori, ne l’étaient pas à recevoir. C’était méchant et irrespectueux. J’ai donc décidé d’aller la voir à la pause et lui ai dit : « Je sais que tu ne m’aimes pas et ce n’est pas un problème, car tu n’es pas obligée. Par contre, la façon dont tu me parles ne me convient pas du tout, et il va falloir que tu arrêtes, car je vais t’envoyer promener devant le groupe ».

Je n’étais ni en colère, ni dans l’émotion. Je lui ai simplement fait part, très gentiment, de mon ressenti, tout en étant décidée à ce que son comportement avec moi change illico. Elle était stupéfaite (et je l’ai crue), car elle ne s’était pas rendue compte qu’elle faisait cela. C’était un comportement qu’elle avait adopté il y a longtemps, et personne ne lui en avait donné le retour. La suite du cours s’est bien déroulé, et il suffisait que je la regarde fermement lorsqu’elle allait faire une blague sur moi pour qu’elle arrête immédiatement. Mais j’étais parfaitement déterminée à le recadrer publiquement si besoin.

rire aux dépens de l'autre merveilleusement imparfaite
Faire rire à vos dépends : une manière très insidieuse de ne pas vous respecter

En conclusion

Vous êtes la personne au monde la plus importante pour vous. Ne l’oubliez jamais.

Vous vous êtes positionnée et la personne est partie boudeuse, en colère ? Dommage pour elle ! Et vous, comment vous sentez-vous d’avoir osé vous soutenir ?

  • Coupable mais en paix ?
  • Coupable (ou non) mais fière de vous ?
  • Très bien finalement ?
  • En fait, ce n’était pas si difficile ?

Rappelez-vous ceci :

  • Faites un pas à la fois. Faites des choses que vous aimez, qui vous nourrissent et vous détendent ;
  • Félicitez-vous dès le premier pas accompli, et pour les autres aussi ;
  • Rappelez-vous que vous êtes magnifiquement imparfaite, et que vous êtes en train de prendre le chemin qui vous mène vers vous-même.

J’espère que cet article vous aura appris quelque chose et vous permettra de mieux vivre ce genre de situations lorsque vous les rencontrerez.

Et vous, quelle est votre astuce pour ne pas vous faire vampiriser ? N’hésitez pas à la partager dans les commentaires, ce sera un plaisir de vous lire !

À tout de suite,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − neuf =